[CHRONIQUE] Fais-le pour maman, de François-Xavier Dillard

Dillard, François-Xavier - Fais-le pour maman
Auteur :
François-Xavier Dillard
Éditions : Fleuve Éditions (collection Fleuve Noir)
Pages : 288 pages
Prix : 18,50€
Date de sortie : 13 mars 2014
ISBN 13 : 978-2-26-509759-9
Genre : Thriller

Résumé :

« Tu dois leur dire que c’est toi qui as fait ça, que c’est toi qui as donné le coup de couteau. Fais-le pour nous, Sébastien, fais-le pour maman ! »

Comment oublier la voix de sa propre mère lorsqu’elle hurle ces mots ?

Au début des années 70, Sébastien, 7 ans, vit seul avec sa sœur adolescente, Valérie, et leur mère. Cette dernière arrive tant bien que mal à joindre les deux bouts, occupant un job ingrat qui lui prend tout son temps et toute son énergie. Une dispute de trop avec sa fille qui dégénère, et c’est le drame familial. Valérie survivra à ses blessures mais la police ne croit pas à la version de la mère qui accuse son petit garçon d’avoir blessé sa sœur et qui prendra cinq ans de prison. Des années plus tard, et grâce à ses parents adoptifs, Sébastien mène une vie « normale », alors que sa sœur vit dans un institut spécialisé et que sa mère n’est jamais reparue après avoir purgé sa peine. Sébastien est devenu un père et un médecin exemplaires. Jusqu’à de mystérieux décès d’enfants parmi ses patients et avec eux, le retour funeste des voix du passé…

Chronique :

J’ai eu la chance de pouvoir rencontrer l’auteur de ce thriller au Salon du livre de Paris en mars dernier. Il me confiait alors que son objectif consistait à faire en sorte que jamais son lecteur ne s’ennuie. Et bien… cher François-Xavier, si vous me lisez : mission accomplie ! À tel point que certains soirs, j’ai hésité à reprendre ma lecture, de peur de cruellement manquer d’heures de sommeil le lendemain car je n’aurais pu reposer le livre avant de l’avoir terminé !

D’entrée de jeu, l’auteur nous plonge dans le vif du sujet avec le drame familial dont Sébastien est témoin à l’âge de sept ans. Ensuite, jusqu’à la dernière virgule, jusqu’au dernier mot, on ne respire plus (enfin… presque plus !). Les chapitres courts, parfois même très courts, les changements de narrateurs ou d’époque, voilà autant d’éléments qui rendent la lecture encore plus dynamique. L’auteur nous distille les indices au compte-gouttes, nous poussant sans cesse à lire encore et encore pour recouper les informations et établir les liens entre les différents personnages. Les pièces du puzzle s’imbriquent petit à petit et dans le dernier tiers du récit, les choses s’enchaînent, le rythme s’accélère… impossible alors de lâcher le livre !

Le livre est construit autour des points de vue de Sébastien enfant, Sébastien à l’époque actuelle, sa fille Léa et Claire, une policière fraîchement débarquée en ville. Chacun de ces personnages est à la fois touchant et porteur de sa part d’ombres et de mystères. Mais tous à leur manière sont attachants. J’ai particulièrement craqué pour Léa, fillette vive d’esprit :
« Ceci est mon livre que je te prête pour que tu puisses attendre de voir mon papa qui sûrement va te guérir. Si tu l’abîmes je reprends tous les autres et je dis à mon papa de te faire une piqûre. Signé : Léa. », mais aussi très attendrissante et que je n’ai pu m’empêcher d’avoir envie de protéger. Car, malgré l’ambiance de plus en plus « pesante » et tendue au fil de la lecture, le récit est également parsemé de tendresse et d’une certaine douceur.

La panoplie d’émotions à travers lesquelles la plume habile de l’auteur nous fait voyager est en effet assez impressionnante. Je suis passée de l’effroi à la tristesse sans oublier l’amour, la candeur, l’humour, l’autodérision et le dégoût parfois aussi ! Dans la même veine, je reste bluffée devant l’étendue du talent de narration de l’auteur qui maîtrise aussi bien l’écriture du point de vue d’un personnage enfant qu’adulte, et ce qu’il soit féminin ou masculin ! Et tout cela, en plus d’une histoire bien ficelée et captivante à souhait !

Cerise sur le gâteau, j’avais lu plusieurs avis à propos de cet ouvrage avant de le lire, tous disant que les lectrices n’avaient pas vu venir la chute, qu’elles étaient tombées dans le panneau. Au fur et à mesure de ma lecture, j’ai donc échafaudé des théories toutes les plus invraisemblables les unes que les autres, analysant le moindre élément pour tenter de démasquer le coupable et d’élucider le mystère. Force m’est de constater que je n’aurais pas fait un bon détective puisque, comme mes comparses chroniqueuses, je me suis fait balader comme une débutante !

Vous l’aurez compris, « Fais-le pour maman » est un véritable coup de cœur et je lui souhaite beaucoup de succès.

Ma note :

Note 5
heart-purple-3-icon

gothic-tink-purple-fairy

4 Replies to “[CHRONIQUE] Fais-le pour maman, de François-Xavier Dillard”

    1. Caladhiel

      Je ne suis pas objective, mais fonce! Si ma PAL ne débordait pas autant, je le relirais avec plaisir our y déceler les petites subtilités qui m’ont peut-être échappées à la première lecture! 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.