[CHRONIQUE] Forget Tomorrow, de Pintip Dunn

04 - Dunn, Pintip - Forget TomorrowAuteure : Pintip Dunn
Éditions : Lumen
Pages : 430 pages
Date de sortie :  21 janvier 2016
ISBN-13 : 9782371020641
Genre : Young Adult, Dystopie, Science-Fiction
Langue de lecture : Français
Titre original : Forget Tomorrow

Résumé :

Imaginez un monde où votre avenir a déjà été fixé… par votre futur moi !

Callie vient d’avoir dix-sept ans et, comme tous ses camarades de classe, attend avec impatience le précieux « souvenir », envoyé par son moi futur, qui l’aidera à se glisser dans la peau de la femme qu’elle est destinée à devenir. Athlète de haut niveau… Scientifique de renom… Politique de premier plan… Ou, dans le cas de Callie, tueuse.

Car dans son rêve, elle se voit assassiner Jessa, sa jeune sœur adorée… qu’elle passe pourtant ses journées à protéger des autorités, car l’enfant a le pouvoir caché de prédire l’avenir proche ! Avant même de comprendre ce qui lui arrive, Callie est arrêtée et internée dans les Limbes – une prison réservée à tous ceux qui sont destinés à enfreindre la loi. Avec l’aide inattendue de Logan, un vieil ami qui a cessé, cinq ans auparavant, de lui parler du jour au lendemain, elle va tenter de déclencher une série d’événements capables d’altérer son destin.

Lorsque l’avenir semble tout tracé, le combat est-il perdu d’avance? Dans la veine de Minority Report, Forget Tomorrow est le premeir tome d’une dystopie haletante, dont l’héroïne va devoir trouver un moyen infaillible de protéger sa soeur de la plus grande des menaces: elle-même…

Chronique :

Je viens de terminer cette lecture il y a à peine quelques minutes, c’est donc un avis tout chaud que je vous écris là. Forget Tomorrow m’a intriguée dès l’annonce de sa sortie. Cette histoire de destin tout tracé, de souvenir reçu du futur, le souvenir atroce de Callie en particulier… comment ne pas avoir envie d’en savoir plus ? Je me suis donc lancée dans la lecture de cette nouvelle publication des éditions Lumen dès sa réception, et j’ai passé un excellent moment entre ses pages. Les éditions Lumen nous prouvent une fois encore leur propension à dénicher des pépites de la littérature YA anglophone et à les rendre accessibles au public francophone. Avec en prime chaque fois une couverture aussi jolie qu’en VO, ou même parfois plus jolie encore. Que demander de plus ?

Avec Forget Tomorrow, c’est un univers dystopique à la Minority Report que l’auteure nous propose. Le jour de ses dix-sept ans, Callie reçoit un souvenir envoyé par sa future elle, censé la guider dans ses choix futurs. Malheureusement, ce souvenir est tel qu’elle se retrouve emprisonnée dans les Limbes, aux côtés d’autres jeunes dont le souvenir indique qu’ils vont commettre des actes répréhensibles. Logan, un ami d’enfance qu’elle a perdu de vue, va venir à sa rescousse, mais Callie sera-t-elle capable d’échapper à la main du Destin et à la menace que fait planer son souvenir futur sur sa vie et celle de sa petite sœur Jessa ?

Au vu de l’intrigue, vous pouvez facilement imaginer que l’histoire ne manque pas de rebondissements et autres retournements de situations. Le rythme est assez soutenu, les chapitres défilent et les pages se tournent de plus en plus vite au fur et à mesure de l’histoire. Certains moments m’ont même fait retenir mon souffle, c’est dire ! Ce rythme effréné est un des éléments que j’ai beaucoup appréciés dans cette lecture, ainsi que le fait que l’auteure ne perde pas de temps circonvolutions inutiles avant de nous plonger dans l’univers de ses héros.

Parlons-en justement, de ces héros.
Callie est une jeune fille qui se prépare à un avenir plutôt classique, mais dont le rêve est complètement chamboulé et anéanti à la réception de ce souvenir venu du futur. Je l’ai trouvée très courageuse et déterminée, ne baissant pas les bras lorsque les obstacles surgissent sur sa route. À côté de ce caractère bien trempé, elle a également un côté fleur bleue qui la rend attachante et, parfois, un brin agaçante.
J’ai beaucoup aimé l’aspect romance qu’on découvre dans Forget Tomorrow, les premiers émois de l’adolescence, les premiers compliments maladroits, les premiers picotements… j’ai juste été un peu ennuyée par certaines répétitions qui à la longue pouvaient être un peu agaçantes. Crédibles et tout à fait compréhensibles, mais répétées un peu trop souvent à mon goût.
Logan, quant à lui, est le jeune homme fort, musclé, sportif et gentil comme tout qui va se retrouver confronté à un choix cornélien. Il est lui aussi déterminé, ainsi qu’attentionné et de ce fait, très attachant. J’aurais aimé croiser un garçon comme lui lorsque j’avais 17 ans 🙂
La petite Jessa m’a beaucoup attendrie et touchée avec sa fraîcheur et son innocence.

Comme bien souvent dans les univers dystopiques, l’auteure fait passer au travers de son texte un message par rapport aux dérives possibles de la technologie dont dispose notre société si elle est utilisée à mauvais escient. Ici, le message est pour moi un immense Carpe Diem : profitons du jour présent sans trop nous soucier de demain puisque nous écrivons nous-mêmes notre destin chaque jour, et sans rester coincés dans le passé qui est bel et bien révolu. Ce message est bien utile je pense, car bien souvent nous ressassons les erreurs passées plutôt que d’apprendre d’elles, ou nous oublions de vivre dans l’instant présent, par crainte de ce qui pourrait éventuellement arriver.

Je l’ai déjà mentionné plus haut, le rythme de narration était soutenu, la plume de l’auteure accrocheuse et agréable à lire, ce qui donne une lecture plus que plaisante, dont il me tarde de découvrir la suite !

En bref, voici une nouvelle dystopie YA implantée dans une société ultra-technologique, qui nous fera passer un agréable moment tout en délivrant un message tout à fait d’actualité !
Si vous aimez les histoires du genre et avez apprécié le film Minority Report, foncez, vous ne serez pas déçus !

Ma note :

Note 4

gothic-tink-purple-fairy

7 réflexions au sujet de « [CHRONIQUE] Forget Tomorrow, de Pintip Dunn »

  1. Gilwen (@livrementvotre)

    Mais c’est alléchant tout cela ! Le synopsis me faisait vachement penser à Minority Report (que j’ai beaucoup aimé) alors voir que tu le recommandes à ceux qui l’ont apprécié me rassure bien. Je tenterai surement du coup.

    Répondre

Laisser un commentaire