[CHRONIQUE] Le journal intime de Cléopâtre Wellington #2 – Autant en emporte la musaraigne, Maureen Wingrove

Bonjour les p’tits elfes !

Ce blog est presque à l’arrêt total, mais je continue à lire, tricoter, faire du sport (7 mois sans lâcher, un exploit pour moi!), et le temps me manque donc pour venir vous parler de mes lectures. Néanmoins, vous pouvez généralement trouver un avis bref sur presque toutes mes lectures sur mon compte Instagram, dans mes stories à la une. Ce média correspond actuellement mieux à mon rythme et emploi du temps. Me voici cependant avec une nouvelle chronique pour une série qui me plaît tout particulièrement. Attention, c’est un tome 2 donc le résumé et la chronique pourraient vous spoiler légèrement si vous n’avez pas lu le premier tome !

Autrice : Maureen Wingrove alias Diglee
Éditions : Michel Lafon
Pages : 222 pages
Date de sortie : 11 octobre 2018
ISBN-13 : 978-2-7499-3599-7
Genre : YA, contemporain
Langue de lecture : Français

Résumé :

Alors que l’esprit de Noël prend doucement possession de Cléopâtre, les catastrophes s’enchaînent. Entre son premier chagrin d’amour, la trahison de sa mère et son tout nouvel appareil dentaire, la vie de Cléo n’est plus que douleur et injustice intersidérales. Une seule solution: concentrer son énergie sur l’arrivée de sa grande et déjantée famille pour célébrer les fêtes à coups de cristaux magiques et de couscous géant. En attendant, elle peut interroger l’univers sur son avenir grâce aux cartes.
Mais les astres sauront-ils la préparer au coup de Trafalgar que lui réserve la fin de l’année?

Chronique :

J’ai découvert cette série peu après la sortie du premier tome l’année dernière, et j’ai directement accroché. Aussi, lorsque la sortie du deuxième tome a été annoncée, vous pensez bien que j’ai sauté dessus ! Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il ne m’a pas déçue, bien au contraire…

On retrouve donc Cléo début novembre, soit juste après la fameuse soirée d’Halloween, et la fin du premier tome, qui nous laissait littéralement sur notre faim !

Tout comme dans le premier volume, les (més)aventures de Cléo s’enchaînent : premières amours, premières déceptions et désillusions aussi… Confrontations maternelles, délires familiaux, découvertes ésotériques, espionnage, Cléo et ses copines ne manquent pas de ressources !
À ce propos, j’ai adoré retrouver Cléo – dont la personnalité est toujours aussi croustillante, mais également ses meilleures amies, que l’on découvre un peu plus dans ce deuxième tome. Sa famille n’est pas en reste non plus. Entre la maman poule et hyper-protectrice, le beau-père fantasque, la petite sœur qui n’en rate pas une non plus, le grandpa et ses petites manies, le tableau est pour le moins vivant et hétéroclite !

Cette série est vraiment addictive, drôle, utile, divertissante et réaliste. Même si cette période de ma vie est maintenant bien loin (chûûûût !), j’adore y retrouver les réflexions, doutes et questionnements typiques de mon adolescence, le tout narré par une plume efficace et qui ne manque pas d’humour. Les adolescents actuels s’y retrouveront très facilement aussi je pense.

Même si l’intrigue de ce tome ne se déroule que sur deux mois de temps (novembre et décembre, ce qui correspond pile poil avec la saison actuelle, et facilite encore plus l’immersion dans le contexte du récit), on n’a pas le temps de s’ennuyer une seule seconde avec cette lecture. Les pages du journal de Cléopâtre se tournent à une vitesse folle, et sont ponctuées de fous rires, de moments de stress, d’angoisse, de colère, bref aucune émotion ne nous est épargnée.

Vous l’aurez compris, j’ai passé un excellent moment avec ce deuxième tome, qui m’a encore plus emportée que le précédent. Et cerise sur le gâteau : l’autrice ponctue son texte de réflexions féministes qui tombent toujours à point et ne pouvaient que me ravir !

Voilà donc la recette pour un coup de cœur littéraire, et je n’ai à présent qu’une hâte : découvrir le tome 3, car la fin de celui-ci présage encore bien des choses…

2 Replies to “[CHRONIQUE] Le journal intime de Cléopâtre Wellington #2 – Autant en emporte la musaraigne, Maureen Wingrove”

  1. Mallou14

    J’ai beaucoup aimé aussi ! Et comme toi, cette période de l’adolescence est derrière moi mais avec Cléo, on s’y replonge facilement. Une lecture qui rend un peu nostalgique de ces moments ^^ Surtout lors des fêtes avec les vacances et tout, j’avais envie d’y être moi aussi dans cette ambiance ! 😀

    Répondre
    1. Caladhiel Post author

      Ça ne m’a pas rendue très nostalgique pour ma part, l’adolescence n’a pas été une chouette période de ma vie, entre le manque de confiance en moi et les moqueries incessantes. Mais le journal, les questionnements, les réflexions… ça m’a rappelé quelques souvenirs quand même (agréables ceux-ci)!

      Répondre

Répondre à Caladhiel Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.