[CHRONIQUE] Les Stagiaires, de Samantha Bailly

Bailly, Samantha - Les Stagiaires
Auteur :
Samantha Bailly
Éditions : Milady
Pages : 288 pages
Prix : 18,20€
Date de sortie : 21 mars 2014
ISBN 13 : 978-2-81-121182-0
Genre : Contemporain

Résumé :

Ophélie, Arthur, Hugues et Alix viennent tous d’horizons différents. Leur seul point commun : ils rêvent de travailler chez Pyxis, entreprise spécialisée dans l’édition de mangas et de jeux vidéo, pilier dans le secteur de l’industrie créative.

Une réalité s’impose rapidement : beaucoup de candidats, peu d’élus. Désormais, le stage est devenu une étape obligatoire pour ces jeunes qui sont à la croisée des chemins dans leurs vies professionnelles et affectives.

Provinciale tout juste débarquée, Ophélie a laissé derrière elle petit ami et logement, et doit faire face aux difficultés de la vie parisienne. Étudiant en école de commerce, Arthur est tiraillé entre les grands projets qu’on a pour lui et son envie de mettre la finance entre parenthèses. À leurs côtés, Alix, passionnée de mangas, ne jure que par ses sagas favorites, et Hugues, graphiste, teste ses limites dans les soirées électro…

Dans une atmosphère conviviale, travail et vie privée s’entremêlent.
Pourtant, une question demeure en fond sonore : qui restera ?
Quand la « génération Y » entre en collision avec le monde du travail : un récit marquant dans lequel beaucoup de jeunes adultes se reconnaîtront.

Chronique :

Après avoir eu un énorme coup de cœur pour la plume de Samantha Bailly avec « Ce qui nous lie », il me tardait de plonger dans l’univers des Stagiaires depuis sa sortie en mars dernier. Voilà qui est à présent chose faite, avec pour mon plus grand bonheur un nouveau coup de cœur à la clé ! Je suis véritablement tombée en amour avec l’écriture de cette jeune auteure plus que talentueuse.

L’univers des Stagiaires est complètement différent de celui de « Ce qui nous lie ». Cette fois, nous allons suivre les péripéties d’un groupe de stagiaires et plus particulièrement des deux narrateurs, Ophélie et Arthur, chez Pyxis, société tendance active dans l’édition de mangas et de jeux vidéo.

Ophélie a dû quitter sa vie à Rennes pour monter à Paris et essayer de concrétiser son rêve professionnel dans le domaine de la communication. Arthur quant à lui est Parisien, issu d’une famille aisée, étudiant en finance dans une grande école et habitué des soirées où coke et alcool sont légion. Deux personnages que tout semble opposer et qui vont, avec Alix, Enissa, Hugues et Vincent, les autres stagiaires, nous faire entrer dans ce microcosme qu’est Pyxis.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la vie de stagiaire n’est pas toujours simple. Pour commencer, trouver un logement à Paris en gagnant un salaire misérable relève véritablement du parcours du combattant. Puis, lorsque l’on creuse un peu, l’apparence de société cool à l’ambiance détendue s’estompe quelque peu. Heures supplémentaires, to-do listes interminables, hiérarchie capricieuse, incertitude quant à l’issue du stage… Samantha Bailly nous offre un roman qui se pose les vraies questions que se posent tous ces jeunes qui débutent dans la vie active, sans pour autant qu’il soit barbant, loin de là.

Même si le temps des études et des stages est déjà loin derrière moi, j’ai beaucoup apprécié ce récit, véritable tranche de vie de ces jeunes adultes en quête de leur premier CDD dans le monde impitoyable du travail. On sent que l’expérience personnelle de l’auteur lui a servi pour échafauder un environnement extrêmement réaliste et crédible, et c’est aussi ce qui me plaît dans son style. Ce sens du détail et de la justesse. Une plume dynamique, légère, fraîche mais également acidulée et tranchante quand il le faut, des chapitres et phrases assez courts, en bref, un style et une manière de transmettre les émotions qui me font vibrer.

Et les personnages… tellement réfléchis, construits, élaborés… ils en deviennent parfaitement authentiques dans leur imperfection. Nous découvrons leurs forces et leurs faiblesses au fil du récit, si bien qu’il est impossible de ne pas s’y identifier ou au moins de s’y attacher !

Cerise sur le gâteau, chaque chapitre présente quelques paroles de chansons et la playlist entière est reprise en début de roman. Ni une ni deux, j’ai créé cette playlist, qui m’a ensuite accompagnée tout au long de ma lecture et a permis d’ajouter une dimension supplémentaire à cet ouvrage déjà plus que plaisant.

Pour le plaisir, je partage avec vous LA phrase coup de cœur de ce roman, celle qui a touché mon âme et a d’ores et déjà rejoint mes citations favorites : « Les personnes sont des vagues ; oui, c’est ça. Il y a celles qu’on voit frémir à l’horizon, celles qui nous touchent puis se rétractent, celles qui nous font couler… et celles qui nous portent. »

J’ai à présent hâte de pouvoir découvrir ses univers plus fantastiques avec l’intégrale des « Oraisons », puis avec le premier tome des « Souvenirs Perdus, Étrangère », paru le 7 mai dernier chez Syros, qui se trouvent tous deux dans ma PAL.

Ma note :

Note 5
heart-purple-3-icon

gothic-tink-purple-fairy

2 Replies to “[CHRONIQUE] Les Stagiaires, de Samantha Bailly”

    1. Caladhiel Post author

      J’imagine! Les stages sont complètement différents en Belgique, mais j’avais adoré ce livre! Je sens d’ailleurs que je le relirai au moment de la sortie du dernier volet de la « trilogie »!

      Répondre

Répondre à Caladhiel Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.