[CHRONIQUE] Making Faces, de Amy Harmon

Harmon, Amy - Making FacesAuteur : Amy Harmon
Éditions : Smashwords
Pages : 405 pages
Date de sortie : 12 octobre 2013
ISBN-13 : 9781301673872
Genre : Romance, Contemporain, YA
Langue : Anglais
Chronique bilingue

heart-purple-3-icon

Résumé :

Ambrose Young was beautiful. He was tall and muscular, with hair that touched his shoulders and eyes that burned right through you. The kind of beautiful that graced the covers of romance novels, and Fern Taylor would know. She’d been reading them since she was thirteen. But maybe because he was so beautiful he was never someone Fern thought she could have… until he wasn’t beautiful anymore.
Making Faces is the story of a small town where five young men go off to war, and only one comes back. It is the story of loss. Collective loss, individual loss, loss of beauty, loss of life, loss of identity. It is the tale of one girl’s love for a broken boy, and a wounded warrior’s love for an unremarkable girl. This is a story of friendship that overcomes heartache, heroism that defies the common definitions, and a modern tale of Beauty and the Beast, where we discover that there is a little beauty and a little beast in all of us.

*****

Ambrose Young est beau comme un dieu. Grand, musclé, les cheveux jusqu’aux épaules et des yeux de braise qui vous transpercent le cœur. Le genre de beauté que l’on retrouve en couverture des romances, et c’est peu de dire que Fern Taylor en connaît un rayon. Elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu’il est si beau, Ambrose demeure inatteignable pour une fille comme Fern. Jusqu’à ce qu’il ne le soit plus…Nos faces cachées nous conte l’histoire de cinq jeunes hommes qui ont grandi ensemble et qui partent à la guerre. C’est une histoire de deuil. De deuil collectif et individuel, de deuil de la beauté, de vies brisées, d’identités perdues. L’histoire de l’amour que porte une fille à un garçon en mille morceaux, l’histoire de l’amour que porte ce guerrier meurtri dans sa chair à une fille ordinaire. Mais aussi l’histoire d’une amitié qui vient à bout des pires chagrins, d’un héroïsme qui dépasse sa propre définition. Une version moderne de La Belle et la Bête qui nous fera découvrir avec émotion qu’il y a un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous…

Chronique :

This book is a real phenomenon, be it in its auto-published original version, or the French translation, recently published by Collection R. And just like each time a book or a movie makes such a buzz, I was almost terrified to read it. What if I do not like it? What if I expect too much of it and am disappointed? To be honest, I first had decided to not read it (yeah, I can be a badass rebel, I know 😛 ). But then my dearest Émilie suggested that we buddy read it, along with Marine. So here we go.

I jumped in the story expecting to be caught from the very first line, but it did not happen. I went on reading, supposing it would only be a pleasant reading, nothing more. The plot in the first part of the book was not my thing and some elements disturbed me, so I was thinking “All this fuss for this? This is an okay book, story is fine and writing is nice but nothing so extraordinary”. But then… comes the second part. And that’s when Amy’s writing caught me and literally blew me away.

The plot is quite easy to guess, though one big twist totally wrenched my heart. I had not expected it at all and felt so sad and powerless! You just watch it as it happens, you want to scream and help, but you’re only a reader, so you cannot jump inside the book and actually do something. Other than that, this is a wonderfully touching and moving story, a gigantic hurricane of emotions. A tale full of wisdom and poetry, about true beauty, tolerance, self-acceptance, love, second chances, but also about loss, friendship and courage. This book gives us a huge life lesson and brings us through so many different emotions that you want to hug your book when you’re done with it, and it stays in your mind for a long while after that. I never highlighted as many parts of a book before this one and will definitely re-read it again. And that last sentence… simply overwhelmed me! If perfection existed, it would be that last final word!

The characters in this book simply are awesome. They all are so real, human, full of strengths and flaws, they each go through so much but help each other and teach each other how to deal with their issues. My favourite was Fern. So fragile and so strong at the same time, and oh so loving and caring! Bailey comes just after her. He is a life lesson himself. I was amazed by his strength of will and his constant sense of humour. Ambrose was also very touching, especially in the second part, and I really enjoyed seeing him grow and rebuild himself with the help of his friends.

As for the writing, I have no words to describe it. Each single word is carefully chosen and each single sentence is so powerful and poetic. I honestly cannot recall having read a book with such a moving and breath-taking prose and will undeniably check out others of Amy’s books since she really took me by surprise.

I strongly recommend this book to each and every one of you and know that my review does not do it justice because there are not enough words to express what this story will bring you. I’ll be plain and simple: read it!!!

As a bonus (just in case you are not convinced to read this masterpiece yet, some of my favourite quotes (and believe me, it was hard to choose!)

“There are times like that, Bailey. Times you don’t think you can take it anymore. But then you discover that you can. You always do. You’re tough. You’ll take a deep breath, swallow just a little bit more, endure just a little longer, and eventually you’ll get your second wind.”

“Maybe there is a bigger purpose, a bigger picture that we only contribute a very small piece to. You know, like one of those thousand piece puzzles? There’s no way you can tell by looking at one piece of the puzzle what the puzzle is going to look like in the end. And we don’t have the picture on the outside of the puzzle box to guide us. […] Maybe everyone represents a piece of the puzzle. We all fit together to create this experience we call life. None of us can see the part we play or the way it all turns out. Maybe the miracles that we see are just the tip of the iceberg. And maybe we just don’t recognize the blessings that come as a result of terrible things.”

“True beauty, the kind that doesn’t fade or wash off, takes time. It takes pressure. It takes incredible endurance, it is the slow drip that makes the stalactite, the shaking of the Earth that creates mountains, the constant pounding of the waves that breaks up the rocks and smooths the rough edges. And from the violence, the furor, the raging, of the winds, the roaring of the waters, something better emerges, something that would otherwise never exist.”

*****

 Ce livre est un véritable phénomène, un ovni livresque, que ce soit dans la version originale autopubliée ou sa traduction française, sortie il y a peu dans la Collection R des éditions Robert Laffont. Comme pour tous les livres ou films qui font le buzz, j’étais presque terrifiée de le lire. Et si je ne l’appréciais pas ? Et si j’en attendais trop et me retrouvais déçue par ma lecture ? Pour être tout à fait honnête, j’avais au départ décidé de ne pas le lire (oui, je sais, je suis trop rebelle 😛 ). Mais… c’était sans compter la proposition de LC lancée par ma chère Émilie et pour laquelle Marine s’est jointe à nous.

Je me suis lancée dans le récit en m’attendant à être captivée dès la première ligne et ce ne fut malheureusement pas le cas. J’ai poursuivi ma lecture, supposant ne trouver là qu’une lecture plaisante, sans plus. La première partie de l’intrigue n’était pas faite pour moi et plusieurs éléments m’ont dérangée. Je pensais « Tout ça pour ça ? Ce livre est sympa, l’histoire est cool et la plume de l’auteure se laisse lire mais rien de bien extraordinaire ». Et puis… la deuxième partie est arrivée. Et c’est à partir de ce moment que l’écriture d’Amy m’a littéralement envoyée valdinguer dans tous les sens.

L’intrigue est assez simple à deviner, malgré un événement particulier qui m’a complètement anéantie. Je ne m’y attendais pas du tout et me suis sentie tellement triste et impuissante ! On assiste à la scène, on a envie de crier, de venir en aide, mais non, impossible de sauter à l’intérieur du livre et d’agir. Vous l’aurez compris, ce récit est incroyablement touchant et émouvant, c’est une gigantesque déferlante d’émotions. C’est une histoire remplie de sagesse et de poésie, qui traite de la vraie beauté, de la tolérance, de l’acceptation de soi, de l’amour, de secondes chances, mais aussi de la perte, de l’amitié et du courage. Ce livre nous donne une énorme leçon de vie et nous fait passer à travers une telle palette d’émotions diverses et variées qu’en le refermant, on a envie de le serrer fort contre soi, et il nous reste longtemps à l’esprit après l’avoir fini. Je pense n’avoir jamais autant surligné de passages lors d’une lecture précédente et je le relirai certainement, comme un livre doudou. Et puis, cette dernière phrase… ça m’a achevée ! Si la perfection était de ce monde, elle serait ce tout dernier mot !

Quant aux personnages, ils sont simplement génialissimes. Tellement réels, humains, forts et faibles à la fois. Ils subissent tous des épreuves difficiles et s’entraident et s’apprennent les uns aux autres pour pouvoir mieux gérer leurs problèmes. Le protagoniste qui m’a le plus touchée est Fern. Elle est si fragile mais aussi tellement forte, et tellement aimante et affectueuse ! Bailey n’arrive pas loin d’elle dans le trio. Il est une leçon de vie à lui seul. Sa force de caractère et son sens de l’humour indécrottable m’ont épatée. Ambrose m’a aussi beaucoup émue, surtout dans la deuxième partie, et j’ai beaucoup apprécié sa renaissance et reconstruction, grâce à l’aide de ses amis.

En ce qui concerne la plume de l’auteur, je n’ai pas de mot pour la décrire. Chaque mot est choisi attentivement et chaque phrase se révèle être une explosion de puissance et de poésie. En toute honnêteté, je ne me souviens pas avoir déjà lu un livre avec une prose si époustouflante et émouvante et je vais incontestablement me pencher de plus près sur les autres livres d’Amy, parce qu’elle m’a vraiment prise par surprise.

Je recommande donc fortement ce livre à tous ceux et celles qui ne l’ont pas encore lu, même si je sais pertinemment que ma chronique ne lui rend pas justice, car il n’y a simplement pas assez de mots pour exprimer ce que cette histoire peut vous apporter. Je vais donc être brève et directe : lisez-le !!!

La cerise sur le gâteau, au cas où vous ne seriez pas encore tout à fait convaincu(e)s de lire ce chef-d’œuvre, avec quelques-uns de mes passages préférés (et croyez-moi, le choix a été difficile !) :

« Il y a des jours comme ça, Bailey, où on se dit qu’on n’en peut plus. Et puis on découvre qu’en fait, on peut encore avancer. Toujours. Tu es fort. Tu respires un grand coup, tu déglutis encore une fois, tu souffres encore un peu et tu trouves un second souffle […]. »

« Il y a peut-être un but qui nous dépasse, un dessein plus grand auquel nous ne contribuons que petitement. Tu sais, comme ces puzzles de mille pièces ? En regardant une seule pièce du puzzle, tu ne peux absolument pas deviner à quoi il va ressembler au bout du compte. Et on n’a pas la photo sur la boîte du puzzle pour nous guider. […] Peut-être que nous sommes une pièce de puzzle, poursuit-elle. On s’emboîte tous pour former cette expérience qu’on appelle la vie. Aucun de nous ne comprend le rôle qu’il joue ni n’imagine à quoi ça va ressembler au final. Peut-être que ce qu’on appelle miracle n’est que la partie émergée de l’iceberg. Et peut-être qu’on n’est pas capable de voir les choses merveilleuses qui naissent des tragédies. »

« La véritable beauté, celle qui ne s’efface pas, prend son temps. Elle résiste à la pression. Elle est incroyablement endurante. C’est la goutte lente qui fait la stalactite, le soulèvement de continents qui crée des montagnes, l’incessant martèlement des vagues qui fendille les écueils et arrondit leurs bords tranchants. De la violence, de la fureur et de l’intensité de la tempête, du rugissement des eaux naît le meilleur, qui n’aurait jamais existé sans ça. »

Ma note :

Note 5

gothic-tink-purple-fairy

7 Replies to “[CHRONIQUE] Making Faces, de Amy Harmon”

  1. Cajou

    Pareil que toi pour les persos : Fern tout devant, Bailey juste derrière et Ambrose très bien aussi <3 Je suis vraiment contente que toi aussi tu aies pu avoir un coup de coeur malgré la pression et les attentes dues à tant de chroniques enthousiastes <3

    Répondre
  2. Bookscity0507

    Très bel avis et en anglais comme en français ! Une lecture très poignante pour ma part très prenante la seconde partie du livre.

    Répondre
  3. Anne-So Echos de mots

    Je suis tellement d’accord avec toi sur tout! La première partie m’a vraiment fait peur! Les sauts dans le temps trop fréquents m’ont légèrement gonflée j’avoue^^ Mais la deuxième partie… PFIIIIIIIOUUUUUUUUUU <3 <3 <3

    Répondre

Laisser un commentaire