[CHRONIQUE] The Generations #1 – Alive, de Scott Sigler

05 - Sigler, Scott - AliveAuteur : Scott Sigler
Éditions : Lumen
Pages : 462 pages
Date de sortie :  11 février 2016
ISBN-13 : 9782371020696
Genre : Young Adult, Science-Fiction
Langue de lecture : Français
Titre original : The Generations #1 – Alive
Langue originale : Anglais

Résumé :

« J’ouvre les yeux dans le noir. Le noir total. J’entends ma propre respiration, mais rien d’autre. Je soulève la tête – elle bute sur une surface solide, qui ne bouge pas d’un pouce. Il y a un mur juste devant mon visage. Non, pas un mur… un couvercle. »

Em se réveille dans les ténèbres, seule, entravée dans un espace confiné qui ressemble à un sarcophage. Elle sait que c’est le jour de son anniversaire mais… c’est tout. Elle ne se rappelle ni son nom, ni ce qu’elle a fait la veille, ni le visage de ses parents. Elle n’y comprend absolument rien. Lorsqu’elle parvient, à force de volonté, à se libérer de ce piège, elle découvre, autour d’elle, onze autres cercueils, dont certains occupants sont encore en vie. Une initiale et un nom de famille sont gravés sur chaque sarcophage.

La jeune fille prend la tête du petit groupe d’adolescents – qui pensent tous avoir douze ans, mais qui en paraissent plutôt dix-sept – et découvre un labyrinthe de couloirs poussiéreux, constellés par endroits d’ossements. Se trouvent-ils sous terre ? Y a-t-il d’autres survivants ? Comment trouver eau et nourriture ? Et surtout : qui sont-ils, quels sont ces étranges symboles qui marquent leur front, comment se sont-ils donc retrouvés là ?

Chronique :

De ce livre, je ne connaissais que la bande-annonce quand je me suis décidée à le lire. Et je ne regrette pas le moins du monde ! J’ai commencé ce livre le 21 mars, veille des attentats meurtriers dans ma ville, et ce titre a résonné en moi pendant plusieurs jours : j’étais (et je suis) Alive, vivante ! Il m’aura fallu plusieurs semaines pour arriver au bout de ma lecture, non pas qu’elle ne me plaisait pas, mais entre les événements tragiques, une vilaine sinusite et un gros surplus de boulot, on va dire que la priorité n’était pas à la lecture.

Quoi qu’il en soit, j’ai dans l’ensemble passé un très bon moment avec ce roman, malgré quelques petits points négatifs, et je lirai la suite avec plaisir, en espérant (c’est le côté fille superficielle qui parle) que les éditions Lumen conservent les mêmes couvertures que pour la version originale car elles sont tout simplement magnifiques !

Regardez-moi ça :

Sigler, Scott - The Generations 2 - Alight Sigler, Scott - The Generations 3 - Alone

Trêve de blabla, entrons dans le vif du sujet. Ce premier tome nous plonge dans l’univers inventé par l’auteur dès les premières lignes. En ouvrant ce livre, on se retrouve instantanément catapultés dans cette atmosphère glauque et effrayante à souhait, en même temps que notre héroïne Em. On évolue avec elle, comme si l’on était à ses côtés. L’intrigue est captivante, originale, et ne nous laisse pas le temps de nous lasser. J’ai bien trouvé quelques longueurs par moment, mais je pense que c’est davantage dû à mon rythme de lecture trop lent qu’à une faille de l’intrigue.
L’auteur m’a en tout cas bien menée en bateau et son univers est tellement bien installé qu’on croit respirer cette poussière dégoûtante et omniprésente !

En ce qui concerne les personnages, c’est là que se pose mon bémol. Em m’a tour à tour ravie et agacée. À certains moments, son comportement est en parfaite adéquation avec son rôle et sa situation, et à d’autres, ses réflexions/questionnements en total décalage avec le reste me donnaient tout juste envie de la baffer !
Le duo Bishop/O’Maley, assez bien mis en avant, était sympa, mais j’avoue que ceux que j’aurais davantage vouloir voir tant ils m’ont plu, sont Spingate et Gaston. Ces deux-là sont intelligents, débrouillards et ne manquent pas d’humour ! Typiquement le genre de personnage qui me fait accrocher directement, contrairement aux brutes épaisses !

Le style de l’auteur ne m’a pas particulièrement marquée, ni en bien ni en mal. Il se lit facilement et est fluide, le texte ne « sentait » pas la traduction, et j’ai trouvé que le style d’écriture exprimait parfaitement l’ambiance dans laquelle sont plongés les personnages.

En résumé, nous avons ici un bon premier tome d’une saga de science-fiction qui ne souffre pas des défauts de certains tomes introductifs, et il me tarde de retrouver les personnages dans le deuxième tome pour en apprendre encore davantage sur l’univers original et complexe imaginé par l’auteur, et déjà très bien mis en place dans ce premier volet de la trilogie.

Ma note :

Note 4

gothic-tink-purple-fairy

3 réflexions au sujet de « [CHRONIQUE] The Generations #1 – Alive, de Scott Sigler »

  1. Léna Bubi

    L’ambiance a l’air saisissante et glauque, comme tu le dis^^ Tu me donnes super envie de découvrir ce livre !

    Répondre

Laisser un commentaire