[CHRONIQUE] Rédemption, de Bérengère Rousseau

Rousseau, Bérengère - RédemptionAuteur : Bérengère Rousseau
Éditions : Éditions du Riez
Pages : 304 pages
Date de sortie : 6 février 2015
ISBN-13 : 9782918719854
Genre : Uchronie
Langue de lecture : Français

Résumé :

Quand un vieux médaillon et quelques documents anciens révèlent à Noâm les soupçons de collaboration qui pèsent sur son arrière-grand-père, son monde bascule. Comment accepter et vivre avec cette honte ? Il veut comprendre. Avec son meilleur ami, il se rend au Château de Noisy, là où son aïeul fut aperçu pour la dernière fois.

Sur place, ils sont victimes d’un éboulement. Ils se réveillent en 1944 à la veille de la Bataille des Ardennes. Noâm voit là l’occasion de restaurer l’honneur de sa famille, au risque de changer le cours de l’Histoire. Et si, justement, celle-ci avait déjà changé ?

Chronique :

Je ne suis pas passionnée d’Histoire, loin de là (c’est même plutôt le contraire j’avoue), mais le résumé de cette uchronie a piqué ma curiosité. Ajoutons à cela que l’auteure est une compatriote et que je suis son blog attentivement depuis plusieurs mois, et vous comprenez donc aisément que je ne pouvais qu’avoir envie de découvrir Rédemption lorsque sa publication a été annoncée.

Après lecture, je dois avouer que je suis ravie d’être une fois de plus sortie de ma petite zone de confort, car je serais passée à côté d’une bien jolie pépite si cela n’avait pas été le cas. En effet, Bérengère a réussi la prouesse (oui oui, c’est une prouesse) de me captiver tout au long de son récit malgré un contexte auquel a priori je suis assez hermétique. Grâce à une plume travaillée, fluide et envoûtante, elle nous emmène au cœur de l’horreur de la Guerre, sans verser dans la mièvrerie mais sans non plus tomber dans l’extrême inverse. Le récit m’a paru juste en tous points, et l’intrigue portée par les personnages fut un réel plaisir à découvrir.

Le récit commence à notre époque. Noâm, jeune étudiant en psychologie pourtant passionné d’Histoire, retrouve un vieux médaillon ayant appartenu à son arrière-grand-père. Lorsqu’il apprend que son ancêtre est soupçonné d’avoir collaboré avec les forces ennemies pendant la Seconde Guerre Mondiale, toutes ses certitudes s’effondrent. Avec son meilleur ami Lucas, il décide de se rendre au Château de Noisy, sur les traces de son arrière-grand-père, bien décidé à faire toute la lumière sur cette sombre affaire. Suite à un éboulement, les deux amis vont se retrouver en décembre 1944, à la veille de la tristement célèbre Bataille des Ardennes. Nous allons donc suivre l’évolution de Noâm et Lucas dans cette période qu’ils ne connaissent que de par les livres et cours qu’ils ont eus à ce sujet. Vont-ils réussir à élucider le mystère et rétablir l’honneur de la famille sans changer le cours de l’Histoire ?

L’intrigue de ce roman constituait pour moi une grande première, et je suis ravie d’avoir tenté ma chance car j’ai passé un excellent moment entre ses lignes. Le rythme ne ralentit pas, le récit ne nous laisse pas le temps de reprendre notre souffle (j’irais même jusqu’à dire qu’à plusieurs reprises il nous le coupe carrément) et les événements s’imbriquent les uns dans les autres sans perte de cadence. Les pages se tournent donc rapidement, les chapitres (assez courts, juste comme j’aime) s’enchaînent et il est très difficile de reposer le livre. En tant que Belge, même si je ne suis pas originaire de la même région, j’ai évidemment énormément apprécié la couleur locale qui parfume ce récit et lui donne une dimension supplémentaire à mes yeux.

Au rang des personnages, j’ai beaucoup aimé suivre le duo Noâm-Lucas, qui ne manque pas de piquant et de répartie, mais est aussi l’histoire d’une belle amitié entre ces deux jeunes gens. Ils sont tous deux attachants et très complémentaires dans leurs différences. Les personnages secondaires apportent eux aussi tous ce petit plus à l’histoire et à l’ambiance, et les interjections en allemand permettent de vraiment s’imaginer dans le contexte de l’époque, qui fait froid dans le dos.

Rédemption est donc un récit poignant et captivant, qui vous fait passer par toute une palette d’émotions tout au long de la lecture. Pari réussi pour moi !
Vous l’avez compris je pense, tous les éléments étaient réunis pour me faire passer un excellent moment, et Rédemption est pour moi un presque coup de cœur. Bérengère Rousseau signe là un très joli et très réussi premier roman, et je ne manquerai pas de suivre ses prochaines publications à l’avenir.

Ma note :

Note 5

gothic-tink-purple-fairy

9 Replies to “[CHRONIQUE] Rédemption, de Bérengère Rousseau”

    1. Caladhiel Post author

      Si ça peut te rassurer, ce sont là deux sujets qui ne m’intéressent que très moyennement 😉 Si tu décides de le lire je t’en souhaite une lecture agréable en tout cas!

      Répondre
  1. Virginie

    Cela doit être passionnant et aussi effrayant de se retrouver durant cette période de troubles. Une mise en pratique qui fait retenir les cours plus rapidement. Espérons que l’honneur soit sauf, quelqu’il soit d’ailleurs

    Répondre
  2. Val3661

    Coïncidence… J’ai découvert ton Instagram ce matin, ce midi mon cousin m’apprenait que Berengere Rousseau était une de ses amies et me demandait d’aller la voir sur son stand à la Foire du Livre et je découvre maintenant ton avis sur Redemption! Chouette dimanche! Je n’étais à la FIL qu’hier, je n’ai pas pu rencontrer l’auteur mais ce livre m’intrigue pas mal. Comme tu le dis, il faut parfois sortir de sa zone de confort pour découvrir de petites pépites!

    Répondre
    1. Caladhiel Post author

      Ah oui, pour une coïncidence en effet… Je suis allée voir Bérengère hier pour me procurer son nouveau livre, dont le résumé est plus que prometteur! Si tu lis Rédemption j’espère que tu l’apprécieras au moins autant que moi!

      Répondre

Répondre à totorotsukino Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.